Concept

Le Colloque fribourgeois 2021, organisé par les différents spécialistes de littérature médiévale de l’Université de Fribourg se penchera sur les paradigmes, perspectives et méthodes actuels de la littérature médiévale comparée.

La pertinence des approches comparatives relève de l’évidence pour la recherche en littérature médiévale : les traditions et les genres littéraires ne peuvent pas être étudiés uniquement sous l’angle d’une seule discipline, en raison des connexions multiples entre les différents espaces culturels et les milieux intellectuels respectifs de l’époque. Les questions de transfert culturel et technique, de transmission des matières et des connaissances, ainsi que de traductions littéraires constituent une base fondamentale pour le travail de toutes les disciplines médiévales de manière transdisciplinaire et d’un point de vue transrégional.

D’une part, les approches comparatives sont, par conséquent, un élément récurrent de l’étude des littératures aussi bien que des disciplines historiques médiévales. D’autre part, cette évidence s’accompagne, la plupart du temps, du constat selon lequel les prémisses théoriques et méthodologiques de l’approche comparative sont rarement soumises à une réflexion explicite.

En revanche, la littérature comparée – en tant que discipline indépendante des sciences de la culture et de la littérature, entre-temps institutionnalisée dans de nombreuses universités – s’est fréquemment interrogée, ces dernières années, sur sa propre identité de ‹ Littérature générale et comparée et d’études culturelles ›. Pourtant, les études médiévales ne jouent souvent qu’un rôle marginal dans ces réflexions, et ce, bien que, dans certains domaines, l’étude de la littérature médiévale en particulier, ait marqué le début de l'histoire de la littérature comparée (cf. par exemple E. Auerbach ou E. R. Curtius).

L’Institut d’études médiévales de l’Université de Fribourg, à la faveur du Colloque Fribourgeois 2021, souhaite montrer la fécondité des dernières tendances de la méthodologie comparative pour la recherche sur le Moyen Âge. Réciproquement, il convient de mettre en valeur les impulsions que les disciplines de la littérature, de l’histoire et de l’histoire de l’art médiévales peuvent apporter aux méthodes de réflexion propres à la littérature et à la culture générales et comparées. Il ne fait aucun doute, en effet, que les particularités historiques et culturelles de l’époque médiévale contribuent de manière décisive à affiner ainsi qu’à différencier des catégories comparatives telles que l’altérité, l’historicité ou les différences culturelles.

Deux des particularités de l’histoire culturelle du Moyen Âge et de la littérature médiévale seront au coeur des discussions comparatives : d’une part, la matérialité et la médialité de la culture manuscrite et, d’autre part, le rôle crucial de la langue latine en tant que lingua franca transrégionale, moteur d’échange et d’innovation au-delà des frontières linguistiques et culturelles. Le troisième point porte sur la réflexion méthodologique du travail comparatif dans une perspective historique. Le colloque est ainsi divisé en trois sections:

1e section: Codices comparés : Les cultures des manuscrits dans une perspective comparative

Codices compared: manuscript cultures from a comparative perspective

Codices im Vergleich: Manuskriptkulturen in komparatistischer Perspektive

 

2e section: Comparative approaches at the intersection of Latin and Vernacular languages

Komparatistische Ansätze an der Schnittstelle von Latein und Volkssprache

Approches comparatives à l’intersection du latin et des langues vernaculaires

 

3e section: Komparatistische Mediävistik im 21. Jahrhundert – Aufgaben und Visionen

Comparative medieval studies in the twenty-first century: tasks and vision

Littérature médiévale comparée au XXIe siècle : tâches et visions

 

En clôture de chacune des sections, une table ronde interdisciplinaire donnera l’opportunité d’approfondir et de discuter les questions abordées dans les différentes communications, ainsi que de répondre aux interrogations des spécialistes des différentes disciplines et du public.