Série Upside Down – Annina

Série Upside Down – Annina

Depuis un an, nos vies sont sens dessus dessous. Comment avez-vous vécu ces derniers mois? Annina Jegen, 40 ans, physiothérapeute de formation, spécialiste en reconnaissance de titres professionnels étrangers à la Croix-Rouge suisse et étudiante en Master of Arts in Legal Studies (MALS), commence notre nouvelle série de portraits «Upside Down». Elle habite Fribourg avec sa famille patchwork, son conjoint et deux ados qui vivent avec eux à mi-temps.

Image: Thomas Delley

Ton moral, il est plutôt au 18e sous-sol ou proche du 7e ciel?
J’ai plusieurs maisons! Dans certaines, je suis dans mon loft avec vue sur le lac, installée dans ma chaise longue, sirotant un drink. Dans la maison «études», l’ascenseur coince parfois au sous-sol, mais, ma foi, je me pousse à remonter les escaliers…

En tant qu’étudiant·e, le covid, c’est nul parce que…
… Malgré quelques avantages de la home-uni, il faut plus d’autodiscipline pour ne pas «décrocher». En automne, j’ai eu beaucoup de choses en parallèle, parmi elles une charge de travail assez conséquente pour l’association professionnelle physiofribourg. Quand les cours sont en présentiel, j’y vais – et quand j’y suis, je n’écris pas (ou en tout cas moins facilement) encore un mail par-ci, un mail par-là, comme cela peut arriver quand le cours est en ligne et que des tâches urgentes m’attendent. Je schwänze aussi plus facilement un cours en ligne…  Au début du semestre de printemps, j’ai vite remarqué les grandes lacunes à rattraper suite à mon semestre d’automne peu studieux.

Mais ne dit-on pas qu’à quelque chose malheur est bon? Mais à quoi alors?
Je ne vais pas m’étaler et ne répondre que pour l’aspect «études». Evidemment, bien d’autres domaines de la vie sont touchés et il n’y a pas que du négatif, mais, surtout, les études à distance permettent une certaine flexibilité qui peut être très pratique si on doit organiser un planning famille-travail-études.

Dans 20 ans, tu te diras que 2020, c’était…
… Le début d’un changement majeur de la société? Une année tourmentée?

Une anecdote positive liée au covid?
Une terrasse improvisée dans notre cuisine (ensoleillée) pendant le premier confinement.

Image: Thomas Delley

Une anecdote négative?
Un monsieur qui crache devant les pieds de ma tante âgée, qui ne peut pas porter de masque, car elle souffre d’une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) sévère.

Quand le covid sera terminé, tu marqueras le coup de quelle manière?
Après le cours de yoga du matin, j’irai au café, commanderai un renversé et un croissant, lirai un peu. Pour le dîner, je prévoirai un rendez-vous au restaurant avec une copine. Le soir, je participerai à un grand pique-nique canadien et je serrerais tous mes amis dans mes bras!

PS: Vaccin ou pas vaccin?
Un peu frileuse – faudra-t-il se revacciner chaque année pour toutes les futures mutations? – Et pas très heureuse de la nécessité d’un passeport vaccinal pour participer à la vie sociale…

__________

  • Nos vies sont sens dessus dessous depuis un an. Comment avez-vous vécu ces derniers mois avec l’enseignement à distance? Sentez-vous le plafond vous tomber sur la tête ou, en tant qu’introverti·e, êtes-vous de celles et ceux qui savourent la situation? Comment gardez-vous le contact avec vos ami·e·s? Quels sont les défis auxquels vous êtes confronté·e? Que pensez-vous du vaccin? L’Unifr veut vous donner la parole et vous écouter. Faites-vous tirer le portrait pour notre webzine Alma&Georges. Les photos, prises par un photographe professionnel, vous seront offertes. Nous nous réjouissons de mettre ainsi en valeur la diversité de notre communauté universitaire. Ecrivez-nous à socialmedia@unifr.ch, objet: Portrait AG.
  • Site de Thomas Delley, photographe
Letzte Artikel von Angela Hoppmann (Alle anzeigen)

Author

Angela Hoppmann ist Germanistin, Philosophin und Autorin, seit 2018 zudem Redaktorin und Social Media Expertin im Team Unicom. Sie bezeichnet sich selbst als Textarchitektin und verfasst in ihrer Freizeit Romane und Kurzgeschichten – wenn sie nicht gerade Tango tanzt, ihre sechste Sprache lernt oder mit Hund Nietzsche unterwegs ist.

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.