Publié le 17.02.2021

Le mot du Doyen, le Prof. Mariano Delgado pour le SP 2021


L'Université et la Faculté aux temps de la pandémie

Cher-ère-s ami-e-s et cher-ère-s membres de la Faculté de théologie !

Dans ses conférences données à Dublin en 1852, à l'occasion de la fondation d'une université catholique, John Henry Newman a exposé son concept d'une Universitas humaniste (fr.: "L'Idée d'Université", 2007). Les chercheurs s'accordent à dire que ces conférences ne doivent pas craindre la comparaison avec les écrits de Friedrich Schleiermacher ("Gelegentliche Gedanken über Universitäten im deutschen Sinn", 1808) ou de Wilhelm von Humboldt ("Über die Innere und Äußere Organisation der Wissenschaftlichen Anstalten in Berlin", 1810). Au XIXe siècle, ces trois lumières de l'esprit européen concernaient une université qui n'était pas tant caractérisée par une formation utilitaire et professionnelle ou par la transmission de "connaissances" (learning); elle était plutôt comprise comme un lieu de "recherche de la vérité" dans la productivité commune entre "magistrorum et studiorum" ainsi que d'initiation des processus de vie dans le sens d'un développement holistique de ses membres au profit de la société.

Le but premier d'une université humaniste n'est pas la transmission utilitaire du "savoir", mais la "recherche de la vérité" dans la productivité commune entre "magistrorum et studiorum".

Bigots et charlatans

Certes, l'aspect utilitaire, qui a été renforcé par la réforme de Bologne, a également été au berceau des universités européennes dès le début : dès le XIIIe siècle, elles étaient des institutions académiques où l'on formait des juristes et des clercs, des philologues et des médecins. Mais avec le "Studium generale" humaniste, cela s'inscrivait dans une culture universitaire dans laquelle il allait de soi de traiter les "questions" de toutes sortes sur une base interdisciplinaire et de tenir des débats au-delà des limites des facultés. On s'intéressait aux questions et aux méthodes des autres facultés, car on savait en fin de compte qu'elles concernaient toutes "l'homme et le monde". C'est précisément à cela que sert une "Universitas" : au complément et à la correction mutuels des sciences, à l'avancement éthique de ses membres et au noyau d'une société meilleure. Mais à aucun moment, les "bigots et charlatans" (bigots and quacks) critiqués par Newman n'ont été absents. Ils sont tellement convaincus d'eux-mêmes et de leur discipline qu'ils méprisent tout ce qui n'est pas directement lié à leur domaine de spécialité. Même les facultés théologiques n'y échappent pas.

Maîtres de l'enseignement et maîtres de vie

Et qu'auraient été les universités classiques sans la coexistence entre enseignants et apprenants, coexistence qui n'a pas manqué de brouiller les frontières hiérarchiques, car de nombreuses questions des "apprenants" ont donné matière à réflexion aux "enseignants" et ainsi s'est développée une recherche commune et productive de la vérité ? Cette coexistence aidait également à distinguer si les "magistri" étaient seulement des "maîtres de la lecture et de l'enseignement" ou aussi des "maîtres de vie", comme le préconisait Meister Eckhart, c'est-à-dire des modèles crédibles par lesquels on pouvait s'orienter dans la vie.

Le risque aux temps de la pandémie

Aux temps de la pandémie, l'université risque de devenir encore plus que d'habitude, à l'ombre de la réforme de Bologne, un lieu de transfert de connaissances aride et utilitaire - en outre, dans l'enseignement à distance, sans les contacts vivants entre chercheur-e-s, enseignant-e-s et étudiant-e-s, qui pourraient conduire à une "productivité commune". C'est particulièrement dangereux pour une faculté comme celle de théologie, où l'étude de la théologie chrétienne et des autres religions devrait également façonner le mode de vie et l'expérience existentielle. Ainsi, la situation pandémique est une situation dont nous devons tirer le meilleur parti, mais avec la conscience que nous ne devons pas nous habituer à une université sans échanges face à face animés. Si l'expérience actuelle conduit à un développement accru de l'enseignement à distance ou de formes hybrides (nous voulons également explorer de telles possibilités au sein de notre faculté), nous ne devons pas non plus oublier l'"Idée de l'Université" dans le processus.

Lorsque ces temps difficiles pour nous tous (mais surtout pour les étudiant-e-s !) seront terminés, j'espère que nous dirons avec l'époux du Cantique des Cantiques, ce best-seller biblique et source de métaphore mystique :  

"Vois, l’hiver s’en est allé,
les pluies ont cessé, elles se sont enfuies.
Sur la terre apparaissent les fleurs,
le temps des chansons est venu
et la voix de la tourterelle s’entend sur notre terre." (Ct 2, 11-12)

Ensuite, nous célébrerons les retrouvailles en chair et en os lors d'un festival de la faculté ou du campus et revisiterons ce que signifie être une université.

Prof. Mariano Delgado, Doyen