Nos bibliothèques entre les lignes

Nos bibliothèques entre les lignes

Pas d’études, ni de recherches, sans bibliothèques. Régulièrement, les bibliothécaires de l’Université de Fribourg partagent le regard qu’ils posent sur leur bibliothèque. Christine Verdon et Nicolas Schmitt nous présentent la Bibliothèque de l’Institut du fédéralisme et son centre de documentation.

Comme Monsieur Jourdain faisait de la prose, les Suisses font du fédéralisme sans le savoir, tant nous sommes imprégnés de ce système politique familier. Mais le fédéralisme n’est pas si simple, ici et ailleurs. Pour mieux étudier le phénomène, décision a été prise de créer, en 1984 à l’Université de Fribourg, un Institut (IFF) consacré à l’étude et à l’observation du fédéralisme en Suisse et dans le monde, Institut qui est devenu un centre de compétence sur le sujet.

Institut de recherche, l’IFF dispose évidemment d’une bibliothèque riche en ouvrages relatifs au fédéralisme et à la décentralisation. Les nombreux contacts entretenus dès le début avec des partenaires étrangers ont permis d’enrichir très rapidement nos collections. Nous nous souvenons de la visite du professeur allemand Hans-Peter Schneider, passionné d’Afrique du Sud. Il venait de passer quelques jours au Max-Planck Institut et a découvert avec stupeur bien plus d’ouvrages sud-africains à Fribourg qu’à Heidelberg.


Accueillante et lumineuse, l’entrée de la bibliothèque ne devrait dissuader personne d’en franchir la porte.

Cet enrichissement a parfois réservé des surprises. Ainsi nous avons généreusement reçu depuis l’Inde des malles entières d’ouvrages consacrés à ce pays et à son fédéralisme, mais pour une raison mystérieuse ces centaines de livres dégageaient une odeur pour le moins désagréable, qui a mis des semaines à se dissiper…

A votre service
Dès le début, l’Institut a été conçu non seulement comme un lieu d’étude, mais aussi comme un endroit permettant d’offrir des services, notamment grâce au premier centre de documentation du droit cantonal existant en Suisse. Pendant des années, avant qu’Internet ne vienne changer la donne, nous avons fourni aux cantons d’innombrables études de droit cantonal comparé.

A l’époque, tout reposait encore sur le papier et il n’était pas toujours facile d’obtenir la documentation. Pour ce faire, nous nous sommes rendus en pèlerinage dans tous les cantons pour présenter l’Institut et demander à recevoir les précieux textes législatifs. Dans le Canton du Jura, nous avons été reçus par le ministre Pierre Boillat qui, enthousiaste, nous a immédiatement fait don de son recueil systématique personnel.

Vaste réseau
Plusieurs cantons ont inscrit le centre de documentation sur la liste des députés, de manière à ce que toutes les informations législatives nous parviennent. Ainsi, tous les 4 ou 5 ans, nous recevions parfois des courriers: «Le Canton vous félicite pour votre élection». Aurions-nous dû siéger?


La législation des cantons est beaucoup plus colorée que celle de la Confédération, uniformément rouge.

Aujourd’hui, le centre de documentation rassemble les recueils officiels des lois, les projets de lois et autres interventions parlementaires des cantons et de la Confédération dans leurs versions imprimées pour autant qu’elles existent encore; en effet, la Confédération et de nombreux cantons ont opté pour des versions exclusivement en ligne. Les archives sont également bien fournies. Cette documentation est distincte de celle de la bibliothèque de l’Institut et n’est donc pas répertoriée sur Swiss Library Service Platform(SLSP).

Pour en revenir à la bibliothèque, rattachée à celle de la Faculté de droit, elle rassemble quelque 25’000 ouvrages, plus de nombreux périodiques et collections répertoriés depuis 2010 sur le Réseau des bibliothèques de Suisse occidentale (RERO) et désormais sur SLSP. Thématiquement, elle se concentre, bien entendu, sur le fédéralisme et la décentralisation en Suisse et dans le monde, mais aborde également le droit public au sens large, la théorie de l’Etat, les sciences politiques et les problèmes liés notamment aux droits humains, aux minorités, aux ressources naturelles, aux langues ou à la péréquation financière.

Constitution d’Obwald de 1867 écrite en gothique (Landbuch d’Obwald, vol. I, 1899).

A déguster sur place
La valeur de la bibliothèque tient à son exhaustivité plus qu’à la rareté de certains ouvrages. Pas de bibliophilie, d’aquarelles anciennes ou de portulans en parchemin dans la documentation juridique. Parmi des centaines d’ouvrages consacrés aux Etats-Unis, pas le moindre exemplaire original de la Constitution de 1787. Les amateurs de livres anciens se consoleront avec des collections comme le Landbuch d’Obwald depuis le volume I de 1899 (qui comporte, notamment, la constitution cantonale de 1867 encore écrite en gothique). Plus ancien, les lois fribourgeoises depuis 1803 ; plus contemporain, l’intégralité des délibérations de la constituante jurassienne depuis sa séance inaugurale du 4 septembre 1978.

La salle de lecture offre des places de travail lumineuses, et cela juste à côté de la gare.

Les ressources – bibliothèque et centre de documentation – sont à disposition pour une consultation sur place et, bien sûr, pendant la crise sanitaire, sur rendez-vous (federalism@unifr.ch). C’est notamment pour permettre aux collègues de l’Institut de disposer en tout temps des ouvrages nécessaires à leur travail que la bibliothèque est une bibliothèque de présence, qui ne prête donc pas de livres, sauf rares exceptions.

 

Il est même possible d’organiser des discussions et des débats dans la salle des périodiques.

Ainsi, tout un chacun est cordialement invité à venir découvrir notre documentation ou à la consulter sur place, dans un environnement propice à la recherche et dans un cadre favorisant la convivialité et les rencontres avec nos chercheuses et nos chercheurs. Différents espaces sont à disposition pour faire des recherches, lire les ouvrages ou travailler. Aux visiteuses et visiteurs qui souhaitent en savoir plus sur nos activités et sur nos missions, les collaborateurs de l’IFF répondent toujours de manière enthousiaste et ouverte.

 

__________

Author

Exerce d’abord sa plume sur des pages culturelles et pédagogiques, puis revient à l’Unifr où elle avait déjà obtenu son Master en Lettres. Rédactrice en chef d’Alma & Georges, elle profite de ses heures de travail pour pratiquer trois de ses marottes: écrire, rencontrer des passionnés et partager leurs histoires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *