Forschungsprojekte

Laufende Projekte

  • Counter Media: Periodicals of the New Left and the New Right

    Leitung: Prof. Damir Skenderovic, Prof. Robert Lzicar HKB

    Dauer: 2024 - 2028

    Mitarbeiter:innen: Ahmet Köken, Stefan Rindlisbacher, Franca Schaad, Baldassare Scolari

    Finanzierung: Schweizerischer Nationalfonds, Förderungssumme: CHF 998‘732.-

    Website:
    Counter Media

  • Zwischen Opferdiplomatie und Entschädigungsforderungen. Das Verhalten der Schweizer Behörden gegenüber den Schweizer Opfern der NS-Gewaltherrschaft und ihr Umgang mit den deutschen Behörden, 1933-1965

    Verantwortliche Gesuchstellerin: Prof. Dr. Christina Späti

    Dauer: 2022-2026 

    Mitarbeiter:innen: Fabienne Meyer, Karlo Ruzicic-Kessler 

    Finanzierung: Schweizerischer Nationalfonds, Förderungssumme: CHF 602'580.-

    Zur Website

  • Global papacy. Catholicism in a devided world, 1945-1958

    The Global Pontificate of Pius XII

    Siegfried Weichlein is working on the Steering committee of the 3rd Transnational Research Network "Global papacy. Catholicism in a devided world, 1945-1958 ", which is funded by the Max Weber Foundation with 2.5 million € for 5 years starting January 1, 2022. Click here to go directly to the part of the University of Fribourg

     

    Prof. Siegfried Weichlein

    Aurel Dewarrat

     

    In collaboration with the KADOC of the University of Leuven (co-supervision and doctoral schools)
    Documentation and Research Centre on Religion Culture and Society


    We are a group of historians analyzing newly available sources on Pope Pius XII in the Vatican Archives. Our team unites scholars from the German Historical Institutes in Rome and Warsaw, Hebrew University in Jerusalem, the University of Oxford, KU Leuven, Fribourg University, and Collegium Carolinum Munich. 

    While the opening of the Apostolic Archive in 2020 has been accompanied by strong media attention and many questions about the Church’s actions during the Second World War, this group will focus on the post-war period and the Vatican’s role in globalization. How did it react to the Cold War, to decolonization, the historical memory of the Holocaust, and to the democratization of the Western world? 

    These are the questions that the scholars in this group will be researching not only in the Vatican, but also in archives in Europe, Israel, Africa, and Latin America. Ultimately, our project aims to transcend classical thematic labels such as ‘church history’ or ‘religious history’. Instead, it engages with newer approaches of global, transnational and postcolonial history. Thereby, this research will re-introduce questions about religion into the modern post-war historiography. It will demonstrate that an adequate understanding of the Vatican’s political and cultural role is crucial to explain the great transformative processes of the twentieth century. 

    Prof. Siegfried Weichlein is part of the steering committee of the transnational research network and codirects with Prof. Kim Christiaens (KU Leuven) the subproject on “Catholic internationalism and decolonization” with the PhD projects:

     

    Workshop Leuven-Fribourg research seminar on decolonization and catholicism 26.6.23 

     

    Grant Period
    01.01.2022 – 31.12.2026

  • L’antiféminisme en Suisse (1971-2001) : discours, pratiques et circulations transnationales

    Direction du projet: PD Dr. Pauline Milani

    Durée: 2023-2027

    Collaboratrices/Collaborateurs: Laura Tanja Bernasconi, Audrey Bonvin

    Financement: Fonds National Suisse (566'290 CHF)

    Website:
    L'antiféminisme en Suisse

    Résumé:

    La recherche est organisée en deux volets. L’axe 1 (doctorante) s’intéresse aux mouvements des pères divorcés, qui émergent en 1976, s’implantent dans toute la Suisse avec une forte connexion européenne. Ces groupes sont très actifs dans les débats relatifs au mariage et à la filiation, et il s’agira de mettre en évidence les ressorts antiféministes de leurs positions. L’axe 2 (post-doctorante) analysera les mouvements antiavortement qui se constituent dès 1972, composés d’une multitude de groupes qui ne forment pas un bloc homogène, mais se retrouvent dans leur vision traditionnelle du rôle des femmes et le rejet de leur droit à disposer de leur corps. Les questions suivantes guident l’enquête : qui sont les acteurs de l’antiféminisme ? Dans quelles coalitions évoluent-ils, au niveau national et international ? Comment s’articule leur discours avec d’autres idées réactionnaires (antisémitisme, anticommunisme ou racisme) ? Quelles sont leurs pratiques et leurs modes d’organisation ? Enfin, quel impact ont-ils sur le régime de genre et les politiques publiques d’égalité ? 

  • La mondialisation des Alpes : du paysage à l’environnement. Une histoire transnationale au travers de l'ascensionnisme (1930s-1990s)

    Direction du projet: Prof. Claude Hauser

    Durée: 2022-2026

    Collaboratrices/Collaborateurs: Lucia Leoni, Maurizio Raselli, Philippe Vonnard

    Financement: Fonds National Suisse, Montant de recherche: 792 698 CHF

    Website:
    Mondialisation des Alpes

    Résumé:

    La tension entre un fort investissement du paysage alpin dans la construction identitaire de la Suisse face au monde et le rôle d’acteurs transnationaux et interconnectés par leurs pratiques de la montagne dans la progressive « déprise » nationale de cet univers montagnard au cours de la seconde moitié du XXe siècle est au centre de la problématique de cette recherche sur la mondialisation des Alpes. Son but premier est d’évaluer historiquement comment, à quels rythmes, par qui et suivant quels objectifs s’est développé ce processus défini ici au travers des degrés d’imbrications toujours plus grands entre les différentes régions du monde – essentiellement les massifs montagneux alpins, andins, himalayens et nord-américains – induisant comme conséquence une circulation intense d’idées, de savoirs et de personnes.

    Dès les années 1930, l’ascensionnisme bénéficie de l’émergence de nouvelles pratiques physiques et d’une meilleure connaissance (voire domestication) de la nature. Sous cet angle, des réseaux imbriqués d’actrices et acteurs issu·e·s des domaines sportif, culturel et scientifique helvétiques ont investi le territoire des autres montagnes du monde et ouvert, par le partage de leurs pratiques et la circulation de leurs savoirs, les horizons de la symbolique alpine vers des valeurs plus universelles. Des solidarités et échanges d’expériences dans l’art de l’ascensionnisme se développent, accompagnés par la découverte guidée de la montagne ; parallèlement, le partage de connaissances environnementales utiles à la maîtrise des risques et à la coopération au développement des régions de montagne s’intensifie, culminant avec le symposium sur la préservation de la montagne organisé en 1991 à Tokyo puis le Sommet de la Terre de Rio en 1992, borne finale de ce projet.

  • La Croix face à l’Etoile rouge : humanitaire et communisme au 20e siècle

    Direction du projet: Prof. Jean-François Fayet

    Durée: 2021-2025

    Collaboratrices/Collaborateurs: Marie Cugnet, Marie-Luce Desgrandchamps, Nicolas Constantin

    Financement: Fonds National Suisse (734'274 CHF)

    Website:
    Site du projet
    Site du PNR 200607

     

  • Les chrétiennes et chrétiens de gauche en Suisse, des années 1970 aux années 2000

    Direction du projet: PD Dr. Stéphanie Roulin

    Durée: 2023-2027

    Collaboratrices/Collaborateurs: Planzi Lorenzo

    Financement: Fonds National Suisse (865440 CHF)

    Website:
    Chrétien·ne·s de gauche en Suisse

  • From Student Internationalism to Erasmus

    Direction du projet: Prof. Matthieu Gillabert and Dr Mikuláš Pešta (Charles University, Prague) 

    Durée: 2023-2026

    Collaboratrices/Collaborateurs: Timothy Schürmann, Lidia Lesnykh and Martin Pácha

    Financement: Fonds National Suisse (FNS) and Czech Science Foundation (GAČR)

    Website:
    Students and the Cold war

    Résumé:

    The position of students has developed and changed significantly over the seven decades following the Second World War. Starting as a small elite portion of a generation in the post-war time, students saw the massification of tertiary education in the 1960s, the turn to individualization and career-oriented educational systems in the 1980s, and the creation of pan-European international student networks in the 1990s. These processes often intersected with other trends and phenomena of the twentieth century, such as the Cold War, globalization, decolonization, social movements or the growing role of international organizations.

    The project is about students’ political and social life in post-war Europe. It will focus on the analysis of student organizations as platforms that channelled the student agentivity – both on international and national levels. The Swiss-Czech team will examine international student federations on both sides of the ‘Iron Curtain’ as well as national student unions in both countries. While the operation of these organizations was certainly affected by the Cold War ideological clashes, this project focuses not only on divisions. Studying the interactions between the student international unions, we will examine their cooperation and exchange, but also their shared imagery and cultural environment, trans-bloc transfers of knowledge, and contributions to the creation of a European academic space, questioning the impermeability of the ‘Iron Curtain’.

    The student organizations will be viewed as transnational spaces, centres of knowledge production and interaction. The international organizations were hubs where students from the whole world met and influenced each other. In a way, these interactions formed career and life trajectories of several generations of student leaders. The project will pay particular attention to the importance and influence of the students from the Global South who were bringing fresh perspectives and ideas beyond the dichotomy of the East-West divide.

    The roles of the national and international student organizations in the Cold War was diverse. At times, they served as tools in the ideo-political struggle. But being in contact with each other on international platforms, they were also testing limits of the possible in terms of trans-bloc relations. In both East and West, they were also not only advocating student rights, but also promoted democracy, decolonization, human rights, women’s rights, development, and peace (in their own understanding of the terms). The project will examine how some of these legacies survived beyond the Cold War and how they translated into the creation of new liberal European networks such as the Erasmus program. The team will also focus on differences between the Cold War ‘political’ student unions and concurrent religion-based organizations.

  • Espace carcéral et circulations : une histoire transnationale et régionale des prisons suisses (1820-1980)

    Direction du projet: PD Dr. Alix Heiniger

    Durée: 2021-2026

    Collaboratrices: Cézane Beretta, Anouk Essyad, Laure Piguet

    Financement: Fonds National Suisse

    Website:
    Espace carcéral et circulations

    Résumé

    Les prisons constituent un formidable observatoire du monde social, surtout dans une perspective de longue durée, car elles permettent d’examiner les normes à travers leurs marges. Pourtant, l’historiographie suisse n’a que ponctuellement analysé l’univers carcéral. Ce projet aimerait remédier à cette lacune en proposant une approche originale. Au lieu de considérer les prisons comme des lieux totalement clos à l’écart de la société, il examinera les circulations entre l’espace carcéral et l’extérieur, tout en situant le cas helvétique dans les débats occidentaux, puis internationaux sur les prisons et l’exécution des peines. Le projet articulera donc différents niveaux d’analyse, régional, fédéral et transnational. Il prend comme point de départ les années 1820, quand la question pénitentiaire commence à retenir l’attention des sociétés réformatrices et des réformateurs suisses, pour se terminer à l’orée des années 1980, alors que le système carcéral connaît une importante remise en question. Pour comprendre les circulations entre l’intérieur et l’extérieur des prisons, ce projet se déclinera en quatre axes : les relations du monde pénitentiaire suisse avec ses homologues d’autres États dans les arènes internationales ou supranationales (Congrès internationaux, organisations internationales dont l’ONU ou supranationale, le Conseil de l’Europe, les ONG) ; la manière dont l’organisation des prisons reflète et reproduit les normes de genre ; les statistiques pénitentiaires et l’examen du profil social des personnes incarcérées ; et, enfin, les dimensions économiques du fonctionnement des prisons à travers, leur financement, la mise au travail des personnes détenues et les relations économiques avec l’extérieur. Six prisons choisies pour leur représentativité : les Établissements de Bellechasse, de la Plaine de l’Orbe, de Hindelbank, de Lenzburg, de Rolle et de Witzwil constitueront les études de cas. En analysant les dynamiques entre l’intérieur et l’extérieur des prisons, ce projet cherche à comprendre leur rôle de régulateur du monde social. Cette ambition pousse à examiner des aspects du fonctionnement des prisons qui restent le plus souvent ignorés, en s’intéressant à aux dynamiques démographique, économiques, sociales, réformatrices et de genre dans lesquelles elles s’inscrivent, pour montrer que, même s’il s’agit de lieux fermés, ils ne constituent pas des espaces totalement clos, puisqu’ils reflètent les enjeux politiques, sociaux, réformateurs et économiques de leur temps.

  • Neuchâtel face à la colonisation: circulations, intrications et mémoire

    Direction du projet: Prof. Matthieu Gillabert et Prof. Kristina Schulz (Unine)

    Durée: 2023-2027

    Collaboratrices: Léo Bulliard,  Larissa Tiki Mbassi, Thelma Debons,

    Financement: Fonds National Suisse

    Website:
    Neuchâtel face à la colonisation

    Résumé

    Ce projet de recherche interroge les différents modes de connexions entre Neuchâtel et le monde atlantique durant la période coloniale. Il poursuit une démarche audacieuse et raisonnée pour comprendre comment différents acteurs, combinant des activités commerciales, militaires, scientifiques et religieuses, sur la base de réseaux familiaux, professionnels, militants et protestants, sont partis à la rencontre d’un espace marqué par le système colonial européen. En partant de ce cadre urbain - une ville provinciale pourtant connectée grâce à sa situation géopolitique, ses réseaux protestants et les circulations de savant·e·s -, ce projet explore comment il devient une ressource pour l’expansion dans cet espace lointain et comment ces interactions avec cet espace produisent en retour des ressources symboliques et matérielles non seulement pour les individus et les familles, mais aussi pour la ville en soi.Cette démarche s’inscrit dans des débats sociétaux sur le racisme et le passé colonial qui font écho à des mouvements sociaux plus larges comme black lives matter. À Neuchâtel, plusieurs interpellations publiques ont relancé la question récurrente des liens avec le colonialisme. Le projet contribue à une meilleure connaissance de l’implication neuchâteloise dans l’histoire coloniale sous plusieurs angles tout en analysant les enjeux mémoriels actuels.Cette recherche aborde justement le phénomène d’expansion européen dans une dimension transnationale et continentale. Elle contribue ainsi au débat sur les formes de collaborations transimpériales et remet en question des histoires nationalement compartimentées de la colonisation. Les différents acteurs neuchâtelois qui agissent davantage par des loyautés familiales, religieuses, entrepreneuriales et militaires que nationales s’intègrent en effet, durant toute cette période, à des entreprises de type colonial, dans le sens d’exploitation par une puissance politique de territoires non intégrés à son espace national et considérés comme sous-développés (Van Den Avenne, 2021 : p.47).En retour, ces interactions avec le monde atlantique et le système colonial sont analysées de manière critique, car ces représentations de l’altérité jouent un rôle fondamental dans la construction d’une identité locale et suisse. En nous focalisant sur les biens, capitaux, personnes et idées en circulation, nous montrerons comment ces interactions participent à un imaginaire collectif où la modernité est ici et le passé là-bas. L’architecture du projet est constituée de sous-projets (sp) : une étude diachronique portant sur les circulations de personnes et des biens (sp 1), une étude de la circulation des idées (anti-)coloniales dans les réseaux (proto)féministes et protestants (sp 2) et une étude des mises en scène du colonialisme dans la ville de Neuchâtel et des enjeux mémoriels (sp 3). L’élaboration d’une base de données commune et réutilisable selon les principes FAIR, un site interactif et sur des aspects thématiques transversaux ainsi que le dialogue avec la communauté scientifique et avec le grand public constituent un dernier sous projet (sp 4).L’ensemble de ces recherches aura un impact sur l’histoire locale et sur cette histoire de la Suisse coloniale, domaine historiographique particulièrement dynamique. Les résultats apporteront, d’une part, une compréhension globale et moins institutionnellement compartimentée de cette histoire connectée. D’autre part, ils permettront d’aborder ces questions socialement très discutées non pas sous l’angle du jugement moral mais, dans une perspective critique, des processus historiques et mémoriels en jeu. Enfin, ils exploreront les possibilités et limites de la documentation du monde colonial assistée par les outils des humanités numériques.