Aumônerie réformée

L'aumônerie réformée de l'Université de Fribourg est proposée dans les deux langues de la ville et de l'Université. Ici, l'ouverture d'esprit n'est pas qu'un simple mot, mais se reflète également dans les faits. Nos locaux se trouvent à la maison Kairos, en face du Centre Fries.

L'aumônerie réformée est ouverte à tous, croyants comme non-croyants. Les rencontres ainsi que les discussions ouvertes y sont possibles. L'aumônerie réformée peut donc être décrite comme une sorte "d'espace" entre le monde intellectuel de l'Université et le monde spirituel de l'Eglise. Pour cette raison, elle est ouverte à tous, indépendamment de la confession, de la religion ou de la conviction spirituelle.

Les offres et les services de l'aumônerie réformée s'adressent à tous les membres de la communauté universitaire, qu'ils soient collaborateurs ou étudiants.

 

Tania Guillaume (pasteure, aumônière)

Dans la vie: théologienne, pasteure et musicienne dans la vie

. . . Ma vie a commencé en Suisse en 1969. J'ai passé la majeure partie de mon enfance dans la ville de Berne. Ensuite, je suis allée à Genève, où j'ai fait le gymnase avec deux maturités - "artistique musique" et langues modernes (français, allemand, anglais et italien). Parallèlement, j'étais aussi au Conservatoire de la Place Neuve de Genève, à l'école professionnelle avec piano, orgue et clavecin ; et direction d'orchestre et de chœur. J'ai affiné ces études musicales au Conservatorio di Musica de Bologne et j'ai obtenu en parallèle un diplôme d'enseignement à l'Università per gli Stranieri de Pérouse. Plus tard, j'ai obtenu un diplôme de langue en grec moderne et un certificat de littérature grecque moderne à l'université de Thessalonique. En 2000, j'ai obtenu une maîtrise en théologie à l'Université de Genève et, en 2002, un DESS en théologie à Montepellier (France). J'ai effectué mon vicariat dans l'Eglise Réformée de France, dans la région "Bresse-Bugey-Dombes".

J'ai été pasteure à Beyrouth dans la communauté allemande, à Schiers dans les Grisons et à Grub en Appenzell. Aujourd'hui, je suis engagée à Fribourg, aussi bien à l'Université qu'à l'hôpital et dans le ministère pastoral général.

Rien dans mon contexte familial très laïc ne semblait me prédestiner à la théologie. Née avec un frère jumeau et avec une grave maladie cardiaque congénitale, le sport était hors de ma portée, à l'exception du ski de descente ! J'ai donc passé la majeure partie de mon temps libre à faire de la musique : piano et orgue, musique de chambre. C'est aussi ce qui m'a permis de gagner ma vie pendant vingt ans. Comme mon instrument principal se trouve dans les églises, j'ai entendu de nombreux sermons. Ceux-ci ont suscité de nombreuses questions que je posais aux pasteurs. Un jour, un pasteur m'a conseillé d'étudier moi-même la théologie afin de trouver des réponses à mes nombreuses questions. A la faculté de théologie, j'ai effectivement trouvé quelques réponses, mais de nouvelles questions ont également surgi. En tant que professeure de philosophie et de religion dans une école française de Beyrouth, j'ai été confrontée à d'autres questions de mes élèves - arméniens, chiites, maronites, sunnites et druzes. Les questions sur la foi sont des questions sur l'existence... bref, des questions sur la vie. Ce sont des questions qui incitent au dialogue et à la réflexion plutôt qu'à fournir des réponses toutes faites.

Le dialogue implique la langue. Entre le suisse-allemand et le français, je ne sais pas laquelle est ma véritable langue maternelle. J'aime tellement imiter les langues que l'on me dit souvent que je n'ai pas d'accent prononcé dans les "langues étrangères". J'en ai déjà trompé plus d'un qui pensait que j'étais libanaise ou grecque !

En français, on appelle la pastorale "aumônerie", un terme du Moyen-Âge peu clair. Le terme allemand "Seelsorge" fait déjà plus de sens, bien qu'il soit assez restrictif. Indépendamment du fait que nous soyons constitués d'un esprit, d'une âme et d'un corps, je conçois ma mission à l'Université comme un service à la personne. Ainsi, dans la pratique, je passe le plus clair de mon temps à méditer à l'heure du dîner dans le fascinant "Espace de recueillement (Raum der Stille)" de l'Université (bâtiment de Pérolles) ainsi qu'à mener des entretiens personnels dans mon bureau de la maison Kairos ou même à Pérolles.

Comme le dynamique centre de support informatique de l'Université de Fribourg, les entretiens de counselling sont des services de coaching de l'Université. Je vous propose un soutien gratuit pour votre disque dur émotionnel et psychologique. Pour ce faire, je me suis approprié différents outils méthodologiques : tout a commencé par une formation en psychologie d'urgence et des interventions de plusieurs années avec les premiers secours psychologiques (St-Gall) et le Care Team (Appenzell). Coaching orienté vers les solutions (Shazer, Berg) combiné avec la psychologie profonde (Adler) et le Mystical Turning Point-Coaching (Bobert) ainsi que l'hypnose. Je suis hypnothérapeute certifiée OMNI (certifiée ISO 9001) et je pratique également le mindTV. Je suis également coach certifiée wingwave, une méthode très efficace qui permet de lever des blocages ou de renforcer des ressources de manière très précise et ciblée. A cette palette s'ajoute désormais la neurographie, une toute nouvelle méthode qui allie neurosciences et psychologie de la créativité... Pour de plus amples informations, veuillez prendre contact avec moi.

Depuis 2016, je suis également facilitatrice officielle de SoulCollage® et j'organise régulièrement des ateliers et des journées d'initiation à cette méthode reconnue d'art-thérapie. Cette méthode et d'autres méthodes d'art-thérapie sont des outils étonnants que je suis heureuse de proposer si vous êtes intéressés.

 

Depuis mon ordination, je suis tenue au secret professionnel.

 

Téléphone +41 26 300 71 74

Email tania.guillaume@unifr.ch