Rentrée universitaire05.09.2019

C'est parti pour le master en médecine!


Le projet d’introduire un master en médecine humaine est né pour répondre à la pénurie de médecins de famille dans le canton de Fribourg. Six ans plus tard, un nouveau bâtiment est prêt à accueillir dès cet automne les 40 étudiantes et étudiants de la première volée. L’inauguration officielle se tient aujourd’hui même.

Pour répondre au manque de médecins de famille, le Conseil d’Etat et le Grand Conseil ont largement accepté en 2016 d’introduire un cursus complet en médecine humaine avec la création d’un master orienté vers la médecine de famille à l’Université de Fribourg, en étroite collaboration avec l’hôpital fribourgeois (HFR) et le Réseau fribourgeois de santé mentale (RFSM). En effet, le canton de Fribourg figurait en queue de peloton helvétique, avec un ratio d’environ 0,61 médecins de famille pour 1000 habitants contre 0,94 en moyenne suisse, selon l’Observatoire suisse de la santé portant sur 2014. Ce chiffre était toujours de 0,61 pour 1000 habitants en 2017, soit l’avant dernier canton en termes de médecins de famille par habitant.

La nouvelle filière contribuera au rayonnement national de l’Université de Fribourg, de l’HFR et du RFSM, tout en étoffant l’attrait du canton de Fribourg pour les entreprises du secteur biomédical, de l’HFR et du RFSM pour la relève médicale. L’inauguration officielle du lancement du master en médecine se tient ce vendredi 13 septembre, en présence de personnalités politiques du canton et de cadres des institutions concernées.

Des stages dans des cabinets fribourgeois
Cet automne, ils seront ainsi quarante à entamer les trois ans de formation qui les mèneront vers l’examen fédéral de médecine humaine. Cette coloration «médecine de famille» amènera les étudiantes et étudiants au même diplôme en médecine humaine que dans les autres facultés de médecine suisses. Elle prendra différentes formes, dont une durée particulièrement élevée de stages dans des cabinets de médecins de famille et de nombreux enseignements dispensés par des médecins de premier recours exerçant parallèlement en cabinet. En plus, les étudiantes et étudiants auront une importante et régulière exposition clinique hospitalière – au sein de l’HFR et du RFSM.

Parmi les autres axes forts du cursus fribourgeois figure l’interprofessionnalité, afin de mutualiser les compétences dans les professions de la santé. Ceci implique, la collaboration avec la Haute école de santé Fribourg (HEdS-FR) et l’immersion dans le quotidien d’autres professionnels de la santé.

Budget annuel de quelque six millions
Pour permettre à ce projet d’envergure de voir le jour, les autorités fribourgeoises se sont donné les moyens de leurs ambitions. Un crédit d’engagement de près de 33 millions de francs, portant sur les années 2018 à 2022, a été voté à la quasi-unanimité par le Grand Conseil en septembre 2016. A moyen terme, le coût annuel de fonctionnement du master en médecine est estimé à un peu moins de six millions de francs. Côté ressources humaines, le Conseil d’Etat évoquait la création d’une soixantaine de postes en équivalent plein temps d’ici 2022, dont huit de professeurs.


Informations clés

Coûts

  • CHF 32,9 millions (Crédit d’engagement portant sur la période 2018-2022)
  • CHF 5,9 millions (Coûts annuel de fonctionnement)

Ressources humaines

  • Création de 8 postes EPT de professeurs
  • Engagement d’une dizaine de médecins de famille à l’institut de médecine de famille et participation à l’enseignement au cabinet de plus de 50 médecins de famille de tous les districts du canton de Fribourg
  • Total d’environ 60 postes EPT créés

Locaux

  • 1586,61 m2 sur trois étages. Le bâtiment a été construit par l’HFR sur son site et est loué par l’Université de Fribourg

Nomination de professeurs ordinaires

Dans le cadre de la création du master en médecine, des professeurs ordinaires ont été nommés (voir ci-dessous, état au 13 septembre 2019). La procédure de nomination n’est pas encore terminée.

  • Raphaël Bonvin, pédagogie médicale, département desanté communautaire
  • Bernhard Egger, médecin-chef transversal Chirurgie (HFR), département de spécialités médico-chirurgicales
  • Arnaud Chiolero, santé publique, département de santé communautaire 
  • Gregor Hasler, psychiatrie, département de santé communautaire  
  • Pierre-Yves Rodondi, institut de médecine de famille
  • Moritz Tannast, médecin-chef transversal Orthopédie (HFR), département de spécialités médico-chirurgicales
  • Johannes Wildhaber-Brooks, médecin-chef transversal Pédiatrie (HFR), département de santé communautaire