Archives Pinckaers » Université de Fribourg

Archives Pinckaers

Les Archives Pinckaers ont été fondées par le couvent dominicain international de Saint Albert le Grand (Albertinum) à Fribourg pour archiver et cataloguer les documents personnels du Père Servais Pinckaers o.p.  et pour éditer et publier ses derniers manuscrits.
Adminitré par l'ISTAC, ce fonds d'archives a aussi pour but de promouvoir l'héritage théologique du Père Pinckaers et d'aider les chercheurs qui veulent étudier sa pensée.

Le Père Servais Theodore Pinckaers o.p. (1926 - 2008), après 10 ans d'enseignement au Studium Dominicain de La Sarte et 8 ans de ministère pastoral à Liège, fut nommé à la tête de la chaire francophone de théologie morale fondamentale à l'Université de Fribourg en 1975. Il y enseigna pendant 25 ans et oeuvra pour exposer une vision complète de la théologie catholique. En effet, avec une certaine segmentation dans l'étude des disciplines théologiques, le risque était grand de perdre de vue la nature profonde de la théologie ainsi qu'une juste ordonnance et articulation de ses disciplines.
Pour retrouver cette vision plénière de la théologie catholique, le Père Pinckaers approfondit, dans ses domaines de recherche propres, le modèle développé par S. Thomas d'Aquin en puisant aux sources bibliques, patristiques et magistérielles tout en intégrant l'apport des avancées contemporaines. Il réussit ainsi à montrer qu'une interconnexion des perspectives philosophiques, théologiques et spirituelles est nécessaire pour développer une vision intégrale de la morale chrétienne.
Ses 26 livres et plus de 300 articles qui traitent à part entière de l'agir chrétien, témoignent de la fécondité de sa pensée et de son intuition. Son ouvrage le plus connu, Les sources de la morale chrétienne (1985) a déjà été traduit en de nombreuses langues.

"L’étude de la doctrine de S. Thomas fut décisive pour moi en ce qui concerne la morale, car j’échappais grâce à elle, dès le début de mes études, aux catégories des manuels devenues traditionnelle, et pus apercevoir les étroitesses de la systématisation introduite par les casuistes au 17ème siècle conformément aux idées de ce temps. La comparaison était facile en morale fondamentale : exclusion des traités du bonheur, des vertus, des dons, de la Loi nouvelle et de la grâce ; réduction aux quatre traitées des actes humains (considérés comme des cas de conscience), des lois (ramenées à la loi naturelle), de la conscience (remplaçant la vertu de prudence) et des péchés (ordonnés au sacrement de Pénitence et prenant la place des vertus) ; réduction de la morale tout entière au domaine des obligations légales ; appauvrissement dû à la séparation de l’ascétique et de la mystique, considérés comme des branches annexes. Cela constituait deux systèmes de morale différents, possédant leur logique propre. Dès lors, la voie du renouveau de la morale s’imposait dans un retour à S. Thomas, comme témoin de la meilleure tradition alimentée par l’Évangile et les Pères". (Père Th. S. Pinckaers)

Institut S. Thomas d'Aquin pour la Théologie et la Culture (ISTAC) - Bureau MIS 5236 A et B - Av. Europe 20 - 1700 Fribourg - Tel +41 26 / 300 74 34 - e-mail Swiss University