Institut du fédéralisme
Faculté de droit

News-Archiv

« De l'utilité du fédéralisme et de la chance d'être suisse »

Conférence du 21 novembre 2015 à Sion à l'occasion du Forum annuel de La Planta (FAP) 2015

Le Lycée-Collège de la Planta à Sion (Valais/Suisse) organise chaque année un cycle de conférence destinées à familiariser les étudiants aux questions les plus contemporaines de la diplomatie (cf. présentation des thèmes).

En fait, le « Forum annuel de la Planta » est une simulation d’une Assemblée générale de l’ONU dont la 23ème  édition doit se dérouler en avril 2015, dans la salle du Grand Conseil valaisan.  A cette occasion, des étudiants du Lycée-Collège de la Planta devront débattre de deux thèmes, dont l’un est le suivant : «  Intégrité territoriale et droit des peuples à disposer d'eux-mêmes : deux principes fondamentaux inconciliables ? »

Comme chaque année, les prestations des 200 étudiants de 17 à 20 ans qui y participeront seront soumises à un jury présidé par l’Ambassadeur Georges Martin, Secrétaire d’Etat adjoint au Département fédéral des affaires étrangères. L'Ambassadeur Martin conseille également le collège durant tout le travail de préparation à ce Forum qui se déroule durant la plus grande partie de l'année scolaire.

Ce travail de préparation, qui doit permettre aux étudiants de débattre valablement de ces thèmes, se fait pour l’essentiel sous forme de conférences. Cette année, c'est le Président de la Confédération, Monsieur Didier Burkhalter, qui a prononcé la conférence inaugurale le 6 octobre 2014.

Dans ce contexte, Nicolas Schmitt, collaborateur scientifique supérieur à l'Institut, a été invité à présenter une conférence intitulée « De l’utilité du fédéralisme et de la chance d’être suisse ». Il s’agissait de brosser un panorama aussi large que possible du fédéralisme, de sa définition à son utilisation dans le monde, la possibilité qu’il offre de concilier le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ET l’intégrité territoriale des Etats, avec une présentation de ses réussites, des espoirs qu’il suscite, mais aussi de ses échecs quand la volonté politique n’est pas au rendez-vous. Clin d’œil au président Burkhalter, la « chance d’être suisse » se réfère simplement à la chance que nous avons de vivre dans un régime fédéral fonctionnel qui garantit à notre pays la paix et la prospérité, alors que le fédéralisme reste un système exigeant et complexe dont l’application est malheureusement réservée à un nombre limité d’Etats.