News2MAIL

Notre service News2Mail vous permet de recevoir par email toute nouvelle news publiée.
Intéressé? Envoyez un email avec votre demande à news@unifr.ch

Bilinguisme: notre cerveau est flexible et adaptable


[ Retour à la liste des news ]

Le cerveau des personnes bilingues ne diffère par dans sa structure, mais il est capable de développer des stratégies différenciées selon les contextes dans lesquels il est sollicité. C’est ce que prouvent trois études du Laboratoire des sciences cognitives et neurologiques, dirigé par le Professeur Jean-Marie Annoni.



Trois études pour un même résultat: Le Professeur Jean-Marie Annoni et son groupe de recherche ont travaillé avec des personnes parfaitement bilingues des régions de Fribourg et de Berne, ainsi qu’avec des patients atteints par la maladie de Alzheimer, afin de mieux comprendre l’organisation cérébrale du langage, avec un intérêt particulier pour le bilinguisme.

La première étude interroge l’influence de la langue sur nos stratégies de lecture. Les chercheurs ont collaboré avec le Professeur René Müri du Département de neurologie de l’Université de Berne, afin d’analyser les mouvements oculaires de sujets parfaitement bilingues français / allemand, auxquels on a proposé une heure de lecture de mots indépendants, d’abord dans une langue, puis dans l’autre. A ces listes de termes, les chercheurs ont également mêlé des mots sans signification, tels que batalu ou otil. Résultats: en allemand, les personnes testées posent leur œil juste un peu avant le début du mot, tandis qu’en français, ils ont tendance à le poser au milieu de celui-ci. Cette utilisation de deux stratégies oculaires différentes s’expliquerait par le fait que l’allemand est une langue transparente, c’est-à-dire que chaque lettre équivaut à un son; alors que le français est une langue opaque, dans laquelle une même lettre peut indiquer différents sons, selon sa combinaison avec d’autres lettres: il est donc nécessaire d’appréhender le mot dans sa totalité pour savoir comment le lire.

Une deuxième recherche, menée dans le même contexte en collaboration avec la Professeure Marina Laganaro du groupe de recherche en psycholinguistique de l’Université de Genève, a permis, cette fois, d’enregistrer l’activité cérébrale des lecteurs. Les résultats ont également mis en évidence une différence d’environ 200 millisecondes dans le processus d’analyse; ce qui suggère fortement qu’en allemand, la lecture est plus phonologique, alors qu’elle est plus globale en français.

Enfin, une troisième expérience, clinique cette fois, a permis de démontrer, grâce à une collaboration avec l’Unité de neuropsychologie de l’hôpital fribourgeois (HFR), que, dans des cas d’Alzheimer, la première et la deuxième langue résistent de la même manière à la maladie. Même si, à la longue, certaines différences s’installent, on ne peut pas affirmer qu’une des deux langue est clairement plus fragile que l’autre.

Importance théorique et clinique


Selon Jean-Marie Annoni, «En lecture, certaines expériences avaient déjà été menées sur l’anglais et le chinois, par exemple, mais c’est la première fois qu’on analyse ces différences dans deux langues alphabétiquement et culturellement aussi proches et présente de manière équivalente chez une même personne». Ces résultats revêtent une importance à la fois théorique et clinique. D’une part parce qu’ils permettent de mieux comprendre la manière dont le cerveau s’adapte au contexte dans lequel il se trouve, de l’autre parce qu’en mettant en évidence ces différences stratégiques, on peut envisager d’adapter les prises en charge thérapeutiques des patients aphasiques en mettant l’accent sur l’un ou l’autre aspect. «Enfin, relève le Professeur Annoni, ces données pourraient également conduire à imaginer de nouvelles pistes d’apprentissage. Il est en effet connu, par exemple, que le pourcentage de personnes souffrant de dyslexie est plus élevé dans le cadre de langues opaques.»

Liens vers les différentes études:
Buetler KA, de León Rodríguez D, Laganaro M, Müri R, Spierer L, Annoni JM., “Language context modulates reading route: an electrical neuroimaging study”, in Frontiers in Human Neuroscience, février 2014, http://journal.frontiersin.org/Journal/10.3389/fnhum.2014.00083/full
D. de León Rodríguez, K. Butler, N. Eggenberger, B. Preisig, R. Schumacher, L. Sprierer, M. Laganaro, T. Nyffeler, J -M. Annoni, and R. Müri Reading strategies across languages in Early bilinguals: An eye- movement study, http://www.unifr.ch/cognitioncenter/assets/files/Livret_2013_Fbg%20Day%20fo%20Cognition%20copie.pdf
Manchon, K. Buetler, F. Colombo, L. Spierer, F. Assal, S. Blatter, J.M Annoni, Dementia of Alzheimer Type can Alter both Languages in Late Bilinguals, http://ac.els-cdn.com/S1877042813031091/1-s2.0-S1877042813031091-main.pdf?_tid=2809950c-c929-11e3-bd94-00000aacb361&acdnat=1398066615_0dc02ed02124199ea26e67e982eaa80f

Contact:
Professeur Jean-Marie Annoni, Laboratoire des sciences cognitives et neurologiques, 026 300 85 41, jean-marie.annoni@unifr.ch


Journées de printemps de la SNLF

Ces résultats confortent aussi l’importance que le contexte socio-culturel revêt pour l’étude du fonctionnement cérébral. Biens souvent négligé par les spécialistes, qui ont tendance à le considérer comme du «bruit», ce thème fera l’objet des 38e Journées de printemps de la Société de neuropsychologie de langue française (SNLF), qui se tiendront pour la première fois à Fribourg du 22 au 24 mai 2014. Intitulées «Cultures et neuropsychologie: de la cognition à la clinique», elles sont organisées par le Laboratoire des sciences cognitives et neurologiques de l’Université de Fribourg en collaboration avec Françoise Colombo-Thulliard, responsable de l’Unité de neuropsychologie et aphasiologie de l’hôpital fribourgeois (HFR) et membre du Bureau de la SNLF (www.snlf2014.ch).

Deux événements publics auront lieu dans ce cadre:

Conférence de Frédéric Kaplan, professeur au laboratoire d’humanités digitales de l’EPFL: «Digital humanities: l’impact de la culture internet dans nos processus mentaux».
Jeudi 22 mai 2014, 17.45, Auditoire Joseph Deiss, Bvd de Pérolles 22.

Egalement dans le cadre du Jubilé125 de l’Université de Fribourg, spectacle et table ronde: «Des contes au cerveau: comment biologie et culture interagissent».
Samedi 24 mai 2014, 17.00-19.00, Salon du Jubilé (hall du Rectorat), Miséricorde, enfants bienvenus


Infos & annexes

Publié le 19.05.2014


Sources

Service
Communication et Médias
communication@unifr.ch
Tel. +41 26 / 300 70 34
 
abonnement RSS

^ top

 

Université de Fribourg   -   Service Communication & Médias   -   Av. Europe 20   -   1700 Fribourg  -  tél +41 26 / 300 7034    -   fax +41 26 / 300 9703    -  
contact:communication@unifr.ch   -  modifé Septembre 2006 par marcom   -   Swiss University