Cours BA: Histoire du mouvement ouvrier et des gauches en Suisse, des origines à la fin du XXe siècle
UE-L15.01812

Enseignant(s): Buclin Hadrien
Cursus: Bachelor
Type d'enseignement: Cours
ECTS: 3
Langue(s) du cours: Français
Semestre(s): SP-2023

Histoire du mouvement ouvrier et des gauches en Suisse, des origines à la fin du XXe siècle

Quoique reléguées en position minoritaire tout au long des XIXe et XXe siècles, les organisations du mouvement ouvrier et les partis de gauche ont joué un rôle important dans l’histoire du pays. Ce cours vise à mieux connaître et comprendre leur évolution et leur action, envisagées en perspective nationale et internationale. Le cours interrogera les liens parfois complexes entre le mouvement ouvrier et les partis de gauche, dans la mesure où une partie des organisations ouvrières, par exemple de confession catholique ou protestante, n’adhère pas aux idées socialistes. Le cours vise également à initier les étudiant·e·s à l’étude de sources, par exemple les journaux syndicaux et des partis de gauche.

Il s’agira en particulier d’étudier les grandes étapes qui ont marqué l’histoire du mouvement ouvrier et des différentes forces politiques de gauche. Parmi celles-ci, on peut évoquer la création des premiers syndicats ouvriers et de la Société du Grütli, la lutte pour l’extension des droits politiques, les ruptures provoquées par la Première Guerre mondiale et par la grève générale de 1918, le développement de l’antifascisme durant l’entre-deux-guerres, l’essor de la Paix du travail entre syndicats et employeurs ainsi que l’intégration du Parti socialiste au gouvernement fédéral, le ralliement d’une partie majoritaire du mouvement ouvrier à l’anticommunisme de guerre froide ou enfin les résistances aux réformes d’inspiration néolibérale dans les années 1990.

Cette approche permettra de mieux appréhender les grands débats politiques qui ont traversé le mouvement ouvrier et les différentes organisations de gauche (orientation réformiste ou révolutionnaire, rapport à l’Union soviétique, antimilitarisme ou soutien à la défense nationale, etc.) mais aussi de mieux connaître l’histoire sociale de la Suisse, en interrogeant par exemple la place des femmes ou des immigré·e·s au sein du mouvement ouvrier et des partis de gauche.