Agir humain et vie chrétienne (automne 2012)

mardi 4 décembre 2012

Modalités de l’examen : Cet examen consiste en un travail écrit en temps limité. Il aura lieu le mardi 18 décembre 2012 en la salle 3027 (bâtiment Miséricorde) de 11h00 (pile) à 12h00. Chaque étudiant disposera d’une heure pour passer l’examen. L’examen est à passer sans notes ni plans, mais les étudiants pour qui le français est la deuxième langue peuvent utiliser un dictionnaire

Semestre d’automne 2012

Les Questions
(une question de chaque thème sera dans l’examen)

JPEG - 25.2 ko
1. Le bonheur humain
- a) Est-ce que tout le monde désire le bonheur ? Pouvons-nous parler d’une quête universelle du bonheur exprimé dans chaque culture ? Quelle conception du bonheur Aristote a-t-il développée ? Quelle réponse à la souffrance les Stoïciens ont-ils développée ? Est-ce que la conception du bonheur que l’homme peut développer sans la grâce et la révélation est adéquate ? Répond-elle aux désirs les plus profonds du cœur humain ? Votre réponse doit inclure la critique augustinienne de la vision stoïcienne et les observations thomistes sur « l’angoisse » d’Aristote et des autres « grands esprits » qui ont cherché le bonheur.
- b) Présentez la conception de la béatitude avancée par Thomas d’Aquin dans les questions 1 à 5 de la Prima secundae de la Somme théologique. Selon S. Thomas, en quoi consiste essentiellement la béatitude (distinction entre bonheur objectif et bonheur subjectif ; description de l’activité propre à la béatitude) ? Quels sont les éléments secondaires, mais qui correspondent à notre animalité, de la béatitude ?
- c) Décrivez les conceptions du bonheur développées par Hobbes et Hume et la réaction de Kant contre ces visions du bonheur. Du point de vue thomiste, quelle réponse peut-on donner à la critique kantienne ?

2. La liberté et la morale a) Selon P. Servais Pinckaers, quelles sont les deux conceptions de la liberté et quelles sont les deux versions de la morale qu’elles génèrent ? Votre réponse doit inclure parmi ses éléments une description des différences entre les deux libertés et l’exemple du piano pour les illustrer.
- b) Quelles sont les trois étapes de l’éducation morale selon S. Thomas et quel rapport y a-t-il entre ces étapes et la conception de la liberté décrite comme une « liberté de qualité » ?
- c) Quels sont les types d’ignorance identifiés par la tradition et quel est leur rapport avec le caractère volontaire de nos actes ? Votre réponse doit inclure à la fois des descriptions et des exemples de chaque espèce et sous-espèce d’ignorance.

3. Les actes humains et le péché
- a) Donnez la définition générale du péché dans le catéchisme (CEC 1849-1850) et expliquez ses éléments.
- b) Le péché mortel, qu’est-ce que c’est ? Quelles sont les conditions qui font qu’un péché est mortel ? Et quelle est la différence entre un péché mortel et un péché véniel ?
- c) Présentez l’analyse détaillée des composants de l’acte humain avancée par S. Thomas, reproduisant le schéma utilisé dans le cours et expliquant chaque élément avec l’aide d’un cas concret.

4. Les actes humains et l’analyse des cas
- a) Quels sont les éléments de la formulation scolastique classique du principe de la cause à double effet ? Quels sont les défauts de cette formulation ? Donnez une reformulation thomasienne de ce principe et appliquez ces deux versions du principe à un cas concret.
- b) Les Nazis arrivent à votre porte et vous demandent s’il y a des juifs dans votre maison. En fait vous cachez une famille juive dans votre grenier. Quoi faire ? Qu’est-ce que vous allez leur dire ? Comment justifier ce que vous dites aux Nazis ? Ne pas leur dire la vérité dans ce cas, serait-il un mensonge ? Votre présentation de ce cas doit inclure une définition du mensonge.
- c) Notre conception de la bonté morale d’un acte dépend de notre philosophie du bien en général et de son rapport avec l’être. Esquissez la conception thomiste du bien (et du mal) en général et expliquez son importance pour notre compréhension du bien moral.


Navigation

Articles de la rubrique