Malaria: communication «parasite»


[ Retour à la liste des news ]

Le plus dangereux animal pour l’homme? Le moustique. Une simple piqûre peut entraîner la mort. Et les mécanismes de la malaria, par exemple, sont encore mal compris. Une nouvelle étude, menée à l’Université de Fribourg, montre cependant aujourd’hui comment le parasite influence la maladie. Ces résultats permettraient de réduire non seulement les cas mortels, mais aussi directement le nombre de moustiques infectés.

300 millions d’individus infectés dans le monde et plus de 3 milliards de personnes exposées: la malaria reste un des défis de santé publique majeurs du XXIe siècle. Causés par un parasite du genre plasmodium et transmis à l’homme par des piqûres de moustiques infectés, les cas les plus graves causent chaque année la mort d’un demi-million de personnes, dont un grand nombre d’enfants de moins de 5 ans et de femmes enceintes.

Si la plupart des personnes infectées guérissent complètement, certains patients développent des symptômes graves, comme la malaria cérébrale, l’anémie sévère ou la détresse respiratoire, qui peuvent être fatales. Ces symptômes cliniques sont causés par la phase sanguine, durant laquelle plusieurs substances toxiques, produites par les parasites, sont sécrétées ou libérées, au moment de l’éclatement des globules rouges infectés. Des études récentes ont relevé le rôle important des vésicules extracellulaires (VEs), dérivant des globules rouges infectés, dans la régulation de la maladie. En effet, la concentration des VEs dans le sérum de patients infectés par le plasmodium est plus élevée que dans le groupe de contrôle constitué de sujets non infectés.

Une question de communication
Le parasite communique donc avec le corps humain par le biais de ces vésicules, mais comment? Ce sont ces mécanismes qu’une équipe de recherche internationale, dirigée par le Docteur Pierre-Yves Mantel de l’Institut d’anatomie de l’Université de Fribourg et le Professeur Matthias Marti de l’Ecole de la santé publique de Harvard, vient de déchiffrer. Leur identification ouvre la voie au développement de nouvelles stratégies thérapeutiques permettant de réduire non seulement la mortalité des patients, mais aussi de réduire directement la transmission des parasites vers les moustiques.

Cette équipe avait déjà démontré que les globules rouges infectés sécrètent de petites vésicules qui permettent de promouvoir la transmission des parasites vers le moustique, et par conséquent la survie du plasmodium. En effet, il semble que les parasites se parlent par l’intermédiaire de ces vésicules, ce qui leur permet de se synchroniser.

Cependant, les molécules responsables du transfert d’information présentes à l’intérieur des VEs restaient inconnues. Dans une nouvelle publication parue dans la prestigieuse revue scientifique Nature Communications, le docteur Pierre-Yves Mantel et son équipe montrent que les VEs transfèrent des molécules d’ARN, régulatrices des cellules infectées, vers les cellules des vaisseaux sanguins. Les microARNs transférés sont capables de réguler l’expression de gènes dans les cellules cibles et peuvent ainsi modifier la fonction des vaisseaux sanguins.

 

 

 

Infos & annexes

Publié le 21.10.2016


Sources

Décanat
Faculté des sciences
decanat-sciences@unifr.ch
Tel. +41 26 / 300 84 50
 
abonnement RSS

University of Fribourg  •   Faculty of science  •   Ch. du Musée 8  •   CH-1700 Fribourg  •  
tél +41 26 / 300 8111  •   fax +41 26 / 300 9729  •   sciences [at] unifr.ch  •   Swiss University