Professeur François-Xavier Amherdt

ADRESSSE:

Uni :

Privé :

Miséricorde, bureau 5135

20, Avenue de l’Europe

CH-1700 Fribourg

                                                         

Rue de Morat 8

Cordeliers

CH-1700 Fribourg

Tél:

026.300.74.27

026.321.36.95

Fax :

026.300.97.78  

026.321.37.95

Courriel :

 francois-xavier.amherdt@unifr.ch

 fxa@netplus.ch


BIOGRAPHIE FXA

PRESENTATION

La prêtrise est une quête de l’absolu. Quant à devenir prêtre, François-Xavier Amherdt a toujours su que cette vocation était la sienne "grâce à mes parents dont les paroles et les actes étaient guidés par la justice, la générosité et la foi".

Une formation classique

Enseignant de guitare diplômé à l’âge de 15 ans, François-Xavier Amherdt quitte Sion en 1976, après huit ans de collège et une formation classique en latin et en grec qui lui permet de «plonger très loin dans la connaissance des sources de la civilisation gréco-romaine».

Dès le milieu des années 1970, il mène une carrière d’arbitre de football. «Je n’étais pas motivé par la confrontation avec un adversaire et l’arbitrage me permettait d’appliquer mes convictions éthiques dans le sport. De plus, je n’aurais pas eu le temps d’être footballeur.» Et il poursuit de front des études universitaires en théologie et en philosophie. Le sport l’amène, entre 1985 et 1990, à la Ligue nationale B et les études à deux licences, en 1983 et 1984, puis à deux doctorats en 1997 et 2001.

À côté de la prêtrise et du sport, François-Xavier Amherdt a toujours été passionné par la musique. Membre de la Schola des petits chanteurs de Notre Dame de Valère à Sion depuis sa jeunesse, professeur de guitare  au conservatoire cantonal de musique de Sion, «un instrument souple, universel et qui plaît à tous» – il est l’un des fondateurs de l’Octuor vocal de Sion qu’il dirige depuis vingt-huit ans.

 Ordonné par Jean Paul II

La journée du 17 juin 1984 laissera un souvenir particulier aux Valaisans et spécialement à François-Xavier Amherdt: ce jour-là, il est ordonné prêtre, à l’aérodrome de Sion, par le pape Jean Paul II. «Pour moi, il symbolise mieux que quiconque l’universalité. Il était et il reste celui qui jette des ponts entre plusieurs mondes. Je considère que son pontificat est l’un des plus importants, non seulement parce qu’il s’est opposé au communisme, mais aussi, et c’est moins connu, au capitalisme outrancier.»

Nommé vice-directeur du séminaire du diocèse de Sion à Givisiez en 1984, François-Xavier Amherdt occupe cette fonction jusqu’en 1992, année où il est désigné vicaire épiscopal pour la partie francophone du diocèse de Sion. «Il s’agissait d’une tâche très importante et en aucun cas administrative. Je faisais le lien entre l’évêque et les différentes paroisses de même qu’entre prêtres et laïcs.» En 1996, il devient curé-doyen des paroisses de Sainte-Croix, à Sierre, et de Noës. «Durant mes neuf ans de pastorale, j’ai pu réellement accompagner les paroissiens sur la durée. Lors de mon départ, j’ai reçu beaucoup de témoignages d’affection. C’était un moment émouvant!»

En janvier 2004, François-Xavier Amherdt achève sa troisième thèse : une habilitation à la faculté de théologie catholique Marc Bloch à l'université de Strasbourg. À noter qu'il est également au bénéfice d'une licence en sciences bibliques obtenue devant la commission biblique pontificale de Rome.

Nommé en septembre 2004 maître assistant à 50% à la Chaire de théologie pastorale de la Faculté de théologie de l’Université de Fribourg, il partagea cette tâche avec celle de directeur de l’Institut romand de formation aux ministères (IFM). «L’intérêt de l’IFM est d’offrir la possibilité d’œuvrer pour l’Eglise à des femmes et des hommes qui se sentent appelés, au nom de leur baptême, mais qui ne souhaitent pas s'engager dans l'ordination, et dont certains préfèrent ne pas garder le célibat. Il s’agit donc d’un instrument important pour répondre à la crise des vocations religieuses, malheureusement il n’est pas assez connu», explique-t-il.

Un regard réaliste

 Les années ont amené François-Xavier Amherdt à reconsidérer plusieurs aspects du rôle de l’Eglise au sein de la société et à se pencher sur les crises internes qui la secouent parfois. «Avec l’âge, j’ai acquis une sorte de réalisme pastoral. On ne peut pas ignorer la misère et la détresse de certaines personnes.»

La diminution du nombre des fidèles n’inquiète pas François-Xavier Amherdt: «Il y a moins de fidèles qu’auparavant, c’est un fait. Mais j’ai l’impression que la foi est devenue plus personnelle et donc plus profonde. Ce qui a été perdu en quantité a peut-être été gagné en qualité. Malgré tout, j’estime que l’Eglise a besoin d’un souffle nouveau, surtout au niveau de son mode de communication.» À noter aussi que François-Xavier Amherdt est fortement sollicité pour des conférences, des colloques, des animations de retraites ou des animations de journées pour des groupes et agents pastoraux en Romandie; en outre, il est invité régulièrement à des émissions radiophoniques ou télévisées.

Enfin, il écrit bon nombre d'articles journalistiques comme par exemple dans "Le Matin" orange où il est intervenu régulièrement en proposant une vision théologique et pastorale d'un sujet d'actualité.

François-Xavier Amherdt est, depuis le mois de septembre 2007, le nouveau Professeur titulaire de la Chaire de Théologie pastorale, de Pédagogie religieuse et d'Homilétique.

Chaire de Théologie pastorale, Pédagogie religieuse et Homilétique - Université Miséricorde, Av. de l'Europe 20 - CH-1700 Fribourg

Tel. secrétariat +41 26 300 74 06 - Tel. assistantes +41 26 300 74 06 et 74 26  -  Fax +41 26 300 97 78  - E-mail: francois-xavier.amherdt@unifr.ch