A quel point la société moderne est-elle vulnérable?

Un cycle de conférences de l’Université de Fribourg se focalise sur la vulnérabilité: des chercheurs de différents pays s’expriment sur ce thème d’un point de vue sociologique, politique et psychologique.

Le concept de vulnérabilité est partout dans notre société contemporaine: dans l’écologie, les pratiques sociales, le système de santé publique, le monde de la finance, les relations personnelles ou même au niveau identitaire. Elle mobilise un ensemble de dimensions politiques, morales et professionnelles qui nous amènent à revoir notre vision du monde et notre rapport à autrui.

Ce nouveau cycle de conférences publiques organisé par la Chaire de Travail social et politiques sociales veut proposer une analyse de cette réorganisation des rapports entre, d’une part, finitude existentielle, fragilité sociale, précarisation structurelle et, d’autre part, transformation politique, éthique et pratique de l’action sur/avec/pour autrui.

Lors de la prochaine conférence, la politologue Patricia Paperman s’intéressera aux implications de l’idée d’une vulnérabilité constitutive, qui oriente l'attention vers les rapports de pouvoir dans l'organisation du travail du care: «Vulnérabilité, dépendance et travail du care».
Patricia Paperman est Professeure de sciences politiques à l'Université de Paris 8. Ces domaines de recherche sont les sentiments et les émotions dans une perspective sociologique.

Heure et lieu: 21 mars, 18.15, Auditoire Joseph Deiss (Pérolles 2), Bd de Pérolles 90, Fribourg

Infos et programme du cycle

Contact: Marc-Henry Soulet, 026 300 77 80, tsps@unifr.ch