Colloque international

 

Colloque Prière humaine — l'Église en prière

La liturgie des Heures dans les Églises en Suisse au 20e siècle

Fribourg (Suisse), 30 septembre - 1er et 2 octobre 2002


Présentation

L'Institut de Sciences liturgiques de l'Université de Fribourg, sous la houlette des professeurs Martin Klöckener et Bruno Bürki, a organisé un colloque sur cette forme particulière de prière qu'est la liturgie des Heures, « liturgie officielle » de l'Église. Le but était de contribuer à une analyse critique de la situation actuelle, particulièrement en Suisse. A partir des fondements bibliques, historiques et théologiques, il s'agissait d'ouvrir ou de rouvrir des chemins pour cette prière, dans un dialogue ouvert avec la modernité et les transformations socioculturelles qu'elle suppose. Présentée comme un des grands défis de la théologie et de l'Eglise, la prière des Heures est un devoir particulier auquel devront s'atteler les théologiens des différentes confessions chrétiennes, en respectant leur tradition et leur génie propres. Ce colloque international fut bilingue et interconfessionnel, en raison des particularités de la Suisse. Une soixantaine de personnes y a participé, venant des Églises catholique, réformée, catholique-chrétienne et orthodoxe.

Les conférences

Dans sa conférence d'ouverture, Mgr Kurt Koch, évêque de Bâle, posa les fondements d'une approche contemporaine de la prière, à partir des constats de crise d'une prière pourtant nécessaire. Un renouvellement s'avère indispensable, à partir d'une prise en compte des changements dans la perception du temps, des modalités de l'agir humain marquées par la fonctionnalité et le rendement, des considérations sur Dieu héritées de la philosophie des lumières. Il s'agit alors de redéfinir prioritairement la prière comme langage de foi, tout autant action de grâce que source de sanctification. Cette dernière dimension est à comprendre dans le sens où la prière chrétienne rend l'homme capable de consentir à la volonté de Dieu, ou autrement dit, de devenir saint. Remarquons ici que Mgr Koch a développé sa pensée suivant un procédé similaire à celui de La lettre aux catholiques de France (1996), ce qui confirme que la notion de crise doit être prise en compte comme essentielle dans toute réflexion de théologie pratique.

Toujours dans le domaine de la prière en général, le nouveau professeur de Sciences liturgiques de Lucerne, Patrick Dondelinger (Volkstümliche Formen von Tagzeitenliturgie im Wandel der Zeit), apporta une réflexion de fond sur les formes de piété populaire d'une prière au cours de la journée dans les mutations sociales actuelles. Il s'est interrogé sur qui est le « peuple » de cette piété « populaire », sur les pratiques encouragées par l'Église comme les prières du matin et du soir, avant et après les repas, insérées dans une vie très réglée (un rythme "agro-liturgique" et des temps particuliers). Il a ensuite proposé une structure anthropologique fondamentale d'une prière des Heures populaire, riche hypothèse qui méritera d'être approfondie après sa publication.

La réflexion plus spécifiquement consacrée à la liturgie des Heures fut l'objet de deux conférences. Le grand spécialiste de la question, Dom Angelus Häußling (Tagzeitenliturgie - Wege und Irrwege in den verschiedenen Kirchen vor dem Hintergrund der Geschichte), précisa des erreurs suivies par toutes les Églises, sauf l'Église anglicane, dans ce domaine (ordonnances trop strictes, cléricalisation, disparition...), avant d'ouvrir des perspectives. Celles-ci pourraient se résumer au primat à accorder à l'expérience et à l'initiation à la prière des baptisés, au prix d'une réduction à l'essentiel de ce qui était jusqu'à maintenant une forme complète (« haute », monastique, élitiste).

C'est aussi la notion d'expérience qu'a essayé de développer Arnaud Join-Lambert. Partant du constat que les arguments théologiques magistériels (romains et locaux) justifiant le renouveau de cette pratique liturgique à partir du Concile Vatican II et son ouverture à tous les baptisés sont peu nombreux et insuffisamment convaincants pour une pratique par les laïcs, il a cherché dans le Mystère pascal une clé nouvelle. Chaque office de la liturgie des Heures, marqué par un double mouvement de « quitter » et de  « revivre » (de mort et de vie) inséré dans la journée, permet « d'expérimenter » le Mystère pascal dans sa dynamique propre. Il y aurait là une participation possible, à la mesure de chacun, au mystère du salut, donnant sens à la vie chrétienne.

Enfin, la conférence finale du professeur Martin Klöckener, (Betende Menschen - betende Kirche. Utopie oder Zukunft christlicher Existenz ?) fit parfaitement le point des enjeux théologiques et pratiques d'une liturgie des Heures aujourd'hui, au cœur de la problématique plus large de la prière chrétienne.

Le professeur Bruno Bürki a esquissé pour sa part un survol magistral de l'apport des théologiens suisses pour le renouveau de la prière : communautés et pasteurs (Taizé, Grandchamp, Berneuchen ; sœur Geneviève Micheli, Richard Paquier, Max Thurian, Paul Kramer), docteurs (Hans-Urs von Balthasar, Bernhard Häring, Alfred de Quervain, Jean-Jacques von Allmen), liturgistes (Jakob Baumgartner, Vinzenz Stebler, Odo Lang, Walter von Arx, Robert Trottmann).

Quelques réalisations concrètes

Cette perspective fut en quelque sorte complétée par plusieurs présentations commentées de réalisations plus concrètes : par l'abbé émérite d'Einsiedeln Dom Georg Holzherr, Monastische Tagzeitenliturgie im Wandel - Die Situation in den schweizerischen Benediktinerklöstern vor und nach dem Zweiten Vatikanischen Konzil ; par le pasteur Pierre-André Pouly, La prière communautaire dans les Maisons de rencontres réformées - l'exemple de Crêt-Bérard (Vaud) ; par la pasteure Francine Carrillo (Champel-Malagnou à Genève), Les conditions et les chances de la prière en semaine, dans un milieu paroissial réformé - simple, liturgique, laïque, moderne.

A côté de ces conférences principales fut donnée une douzaine de contributions plus brèves présentant entre autres des exemples de liturgie des Heures ; certains sont très prometteurs comme des vêpres dominicales à la cathédrale catholique de Saint-Gall (Hans Eberhard et Urs Länzlinger) ou le vendredi dans une paroisse réformée de Zurich (Peter Wittwer) ; d'autres s'avèrent pastoralement difficiles dans l'Église orthodoxe en Suisse (Markos Vidalis) ; certains sont catastrophiques, comme l'office divin du chapitre cathédral à Fribourg (Martin Conrad).

La question de la mise en œuvre concrète fut aussi abordée de diverses manières, ainsi l'agencement liturgique (Johannes Stückelberger), et, surtout très important pour les francophones, par Jean-Claude Crivelli et une équipe du Centre Romand de Pastorale Liturgique de Bex : « Célébrer la Liturgie des Heures avec des moyens simples: le nouveau manuel 'Chants notés de l'assemblée' et le 'Bréviaire noté' de Joseph Gelineau ».

Conclusion

Ce qui a frappé la plupart des participants fut la grande proximité des différentes confessions chrétiennes à propos de cette prière des Heures. Il était parfois difficile, voire impossible, de préciser la confession d'un intervenant à partir de ses propos. Cette « unité » œcuménique fut également sensible lors des quatre temps de prière préparés par des membres de différentes confessions selon leur pratique courante (paroisse catholique, maison de prière réformée, paroisse catholique-chrétienne). Cela est particulièrement riche de promesses et confirme, si besoin était, que cette prière d'Église non-sacramentelle devrait être privilégiée dans toutes les Églises et rencontres d'Églises.

Il est enfin intéressant de constater que ce colloque a eu lieu quelques mois après le 10e colloque de l'ISL à Paris (4-5 mars 2002) sur le même thème La liturgie des heures : prière des baptisés. Cela manifeste clairement l'urgence de prendre en compte cette forme de prière dans l'Église actuelle et d'en trouver des modalités de mise en œuvre pour tous les baptisés aujourd'hui.

Publication des actes

Tagzeitenliturgie. Ökumenische Erfahrungen und Perspektiven – Liturgie des Heures. Expériences et perspectives œcuméniques. Hg. von Martin KLÖCKENER – Bruno BÜRKI. Fribourg : Academic Press, 2004. ISBN : 3-7278-1461-6

Institut de Sciences liturgiques - Bureau MIS04 4226 - Av. de l'Europe 20 - CH-1700 Freiburg - Tel +41 26 / 300 74 42 - e-mail