A notre sujet

 "Nous entendons [par l'histoire] avant tout l'art de découvrir le cours et l'entrelacement des événements humains et d'en fixer objectivement le souvenir.
 Ces événements sont par eux-mêmes intéressants à sonder; ils sont souvent la résultante de facteurs nombreux et divers, et se présentent à nous parfois comme des hiéroglyphes apparemment indéchiffrables, vu le nombre et la variété des coefficients d'où résulte ce qu'on est convenu d'appeler le cadre historique. Par bonheur, l'une des composantes, l'homme qui opère, est assez facilement connaissable, et il constitue l'objet le plus intéressant pour celui qui veut décrire le déroulement des événements eux-mêmes.
 Ainsi, identifier avec exactitude l'homme, artisan de l'histoire, mettre en lumière sa caractéristique, qui est celle d'un être libre, et par conséquent plein de surprises et riche des révélations qui peuvent jaillir de l'esprit humain: voilà, pensons-nous, ce qui qualifie la valeur de l'historien véritable.
[...]
 Mais l'homme n'est pas le seul acteur qui domine le cours des vicissitudes humaines. Elles sont dominées aussi par un autre facteur pour nous impondérable, mais certainement supérieur, et déterminant pour le dessein définitif de l'histoire humaine: c'est l'action de Dieu, de la Providence, dont la secrète présence dans le temps et parmi les hommes fait de l'histoire un mystère. Et quand il s'agit de l'histoire de l'Eglise, le mystère devient objet de contemplation, devient une sorte de sacrement, qu'il est extrêmement délicat et difficile d'identifier et de déchiffrer".
Paul VI, "Le 50e anniversaire de la mort de Mgr Duchesne, Allocution à l'Ecole Française de Rome, 24 mai 1973", dans: La Documentation Catholique 1634 (1973), p. 556.

Grande verrière d'Edmond Bille, Hôtel de Ville de Martigny (image du haut: détail).
Chaire d'Histoire de l'Eglise  -   Miséricorde, bureau 5218, Av. de l'Europe 20, CH-1700 Fribourg   -   Tel +41 26 / 300 7407             
email: bernard.hodel[at] unifr.ch