Revues culturelles suisses

Revues culturelles suisses > Traits > Positions


Traits : Positions


Dans la demande d’autorisation de publication qu’il adresse au Département Presse et Radio, François Lachenal définit tactiquement «Traits» comme une publication «littéraire et philosophique». La revue adopte cependant d’entrée une position très rude à l’égard de la politique suisse de complaisance envers le Reich. Au Conseiller Fédéral Pilet-Golaz qui affirme dans son discours du 25 juin 1940 que la «vraie solidarité» est «celle des actes, non des paroles», Edmond Gilliard rétorque «Assez d’actes, une parole», en ouverture du premier numéro de Traits. Si elle ne revendique explicitement aucune étiquette politique, la revue défend des idées progressistes de gauche. Ainsi en avril 1942, elle est à l’origine d’une lettre ouverte au Conseil fédéral dénonçant les dérives du gouvernement plénipotentiaire.
Autres cibles de prédilection, les régimes totalitaires et l’intelligentsia «officielle», qui s’est compromise dans son accommodation au nouvel ordre européen. D’entrée, Denis de Rougemont et Gonzague de Reynold, alors très en vue, font l’objet de salves destructrices. Les deux fois, c’est le compte-rendu de leur dernière parution qui sert de prétexte à des attaques plus personnelles.
Profondément concernés par les événements de l’époque, les auteurs qui publient dans «Traits» cherchent des solutions pacifiques à la guerre. Ainsi, en janvier 1944 déjà, Louis-Pierre Monlaur, dans l’article «Une troisième guerre mondiale ?», souligne la nécessité d’endiguer la division du monde entre les blocs soviétique et anglo-américain, et d’éviter un «nouveau Versailles». Selon lui, une paix durable ne peut être obtenue que si elle s’accompagne d’une réforme de la société. Traits entend poser un cadre à la réflexion sur l’après-guerre. Dans cette perspective, elle s’engage en faveur de la reconstruction européenne en prônant la coopération Occident-Union soviétique. A partir de 1944, plusieurs articles présentent le système communiste comme une solution efficace aux problèmes sociaux. En mars 1944, «Traits» est la seule revue romande à publier l’acte de fondation de l’association Suisse-URSS. Ce soutien s’illustre une nouvelle fois lors du dernier numéro. La rédaction de «Traits» laisse le choix aux abonnés qui se seraient déjà acquittés de leur cotisation pour l’année 1946 de recevoir en remplacement les mensuels «Revue Suisse-URSS», «Socialisme» ou «Présence».

Edmond Rey & François Tardin





Conception et réalisation
Département d'histoire contemporaine  &   Centre NTE   -  Université de Fribourg  -  Suisse