Revues culturelles suisses

Revues culturelles suisses > Mois suisse (Le) > Collaborateurs


Mois suisse (Le) : Collaborateurs


Philippe AMIGUET (1891-1974)
Cinéaste, historien et collaborateur des journaux français «L’Ordre», «La revue hebdomadaire» et «Paris-Midi». En 1922, Amiguet crée la rubrique cinématographique de la «Tribune de Lausanne». Auteur de plusieurs romans dont le plus connu est «Là où volent les Aigles». Directeur et rédacteur en chef de la revue le «Mois Suisse», dans un but de rénovation nationale, basée sur la collaboration entre les différentes régions linguistiques de la nation. À côté de la direction de la revue, Amiguet s’occupe de la réalisation d’articles politiques et de recensions des dernières publications, principalement de celles réalisées par les autres écrivains de la revue ou par des personnalités imprégnées par les mêmes idées politiques, pour un total de plus de sept cent pages. Entre 1945 et 1960, Philippe Amiguet collabore à La «Nouvelle Revue de Lausanne».


Gonzague de REYNOLD (1880- 1970)
Historien et écrivain de droite qui fonde en 1904 avec Charles-Ferdinand Ramuz et les frères Charles-Albert et Alexandre Cingria, la revue culturelle genevoise La Voile Latine (1904-1910).
En 1910, suite à des divergences au sein de cette revue les helvétistes, dont Reynold lui-même, fondent la revue mensuelle Les Feuillets, qui s’autoproclame porte-parole de la culture helvétique. En 1912, Reynold crée avec Alexis François et Robert de Traz le mouvement Pro Helvetica Dignitate ac Securitate, à partir duquel va naître en automne 1913 la Nouvelle Société Helvétique (N.S.H.), fondée par Reynold, William Martin, Richard Bovet et Paul de Vallière pour sauvegarder le patrimoine national, renforcer le patriotisme et assurer un avenir à la nation helvétique. Pendant la Première Guerre mondiale, Reynold dirige le Bureau des Conférences de l’Armée; puis, dès 1939, il participe à la revue le Mois Suisse. Pour cette revue, Reynold réalise environs cinq cents pages essentiellement de politique étrangère, toujours tournées vers l’histoire, mais aussi certaines de littérature. De plus Reynold est le représentant de la revue au sein de la Confédération. Puis, dès 1943, à cause de la prise de position directe de la revue en faveur des puissances de l’Axe et de la mise en cause de la neutralité helvétique, Reynold décide de s’éloigner progressivement du Mois Suisse; entre l’été 1944 et juin 1945 il n’écrit pour la revue que quelques articles de littérature.


Paul GENTIZON (1885-1955)
Écrivain et journaliste suisse romand qui débute dans le monde de l’édition comme secrétaire de la Gazette de Lausanne, puis il devient correspondant en Russie pour Le Temps. Successivement, Gentizon se rende en Allemagne, dans les Balkans, en Asie Mineure et à Rome comme envoyé spécial du Temps, de la Revue belge et de La Métropole. C’est lors de ce dernier séjour que le journaliste est directement confronté à la montée du fascisme et au commencement de la guerre. Expulsé de la péninsule, Gentizon rentre en Suisse où il collabore avec le Corriere del Ticino, La Gazette de Lausanne et, dès automne1940, avec le Mois Suisse. C’est à travers cette dernière collaboration qu’il peut directement exprimer, à travers un millier de pages de politique étrangère, ses positions axophiles. Parmi ses articles, Gentizon réalise en octobre 1940 « L’Europe de demain », dans lequel il s’exprime en faveur de la naissance d’un nouvel ordre européen dominé par les puissances de l’Axe. C’est à partir de cet article que débute la radicalisation politique de la revue. Dès 1944, Gentizon collabore aussi au journal italien «Il Corriere della Sera».


Edmond JALOUX (1878- 1949)
Écrivain et journaliste français antidreyfusard qui fonde en 1896 la Revue méditerranée. Successivement, il collabore au Gaulois, à La Revue hebdomadaire, aux Nouvelles littéraires et à Candide.
Pendant la Deuxième Guerre mondiale, lors qu’il est correspondant littéraire en Suisse pour le gouvernement français, Jaloux collabore à la revue le Mois Suisse, pour laquelle il écrit environ sept cents pages de nature essentiellement littéraire. De plus il constitue un cercle d’écrivains français de droite qui collaborent à la revue. Jaloux collabore avec le Mois Suisse jusqu'en juin 1945.

Laura Born & Andrea Casada





Conception et réalisation
Département d'histoire contemporaine  &   Centre NTE   -  Université de Fribourg  -  Suisse