top.gif
 

Variations temporelles (décennales, interannuelles)

Fiche 3.4.4
Untitled Document
 

• 3.5.1. Eboulis froids (et autres formations poreuses) de basse altitude • 3.5.2. Mécanismes de circulation d'air : l'effet de cheminée • 3.5.3. Les glacières (ou grottes glacées) • 3.5.4. Frigos naturels et caves à lait

 
 

version imprimable [PDF]

Le mouvement des glaciers rocheux suit trois types de variations : (i) rythmes saisonniers, (ii) changements interannuels et (iii) tendance (pluri-)décennale. Ces évolutions sont principalement contrôlées par le régime thermique du pergélisol, bien que de nombreux autres facteurs soient à prendre en compte (topographie, contenu en glace, pression hydraulique,…). Ainsi même si chaque glacier rocheux possède un comportement qui lui est propre (facteurs locaux), il existe un contrôle « climatique » à leur activité.

a) Tendance pluri-décennale

Depuis les années 1990, une nette accélération des glaciers rocheux actifs a été constatée dans les Alpes. Des analyses photogrammétriques menées sur une quinzaine de glaciers rocheux dans le Turtmanntal (VS) montrent une augmentation des vitesses de surface comprise entre 16% et 350% selon le glacier rocheux entre la période 1975-1993 et 1993-2001 (fig. 1). Pour le glacier rocheux des Becs-de-Bosson (Vallon de Réchy, VS), les vitesses ont augmenté en moyenne de 80% durant la période 1999-2005 (~75 cm/an) par rapport à la période 1986-1999 (~40 cm/an), principalement dans la partie frontale. Les causes de l'accélération générale des glaciers rocheux actifs alpins sont multiples, mais il semble que le réchauffement du pergélisol consécutif à l'augmentation des températures de l'air depuis la fin des années 1980 en soit le principal responsable.

b) Mouvements interannuels

Un suivi régulier par GPS du glacier rocheux actif des Becs-de-Bosson depuis 2001 a montré une augmentation des vitesses au front (+ 10-15%) entre 2001-2003 et 2003-2004 pour atteindre en moyenne 0.97 m/an. La période suivante 2004-2005 se caractérise en revanche par une diminution prononcée (- 13%) des vitesses observées, tendance à la baisse qui s'est poursuivie pour la période 2005-2006 (0.68 m/an) (fig. 2). La tendance pour 2006-2007 semble en revanche à nouveau être à la hausse. Les vitesses de ces dernières années restent cependant toutes supérieures à celle de la période 1986-1999 (0.40 m/an). Cette configuration a été observée sur de nombreux autres glaciers rocheux (notamment les glaciers rocheux B et C du vallon des Yettes Condjà, région du Mont-Gelé, VS) (fig. 2).

Les variations des vitesses annuelles semblent être liées avec un certain retard (mois à année) à l'évolution de la température du sol. L'accélération de 2003- 2004 a pu être causée par les conditions « chaudes » (pour le pergélisol) de l'hiver et de l'été 2003. Alors que l'origine du ralentissement observé durant les années 2004-2006 serait à chercher dans les deux hivers froids ayant sévi durant cette période.

 

Fig. 1 - Comparaison des vitesses de surface annuelles moyennes (mètres/année) pour différents glaciers rocheux de la vallée de Tourtemagne (VS) entre 1975-1993 et 1993-2001, classés selon l'altitude de leur front. Résultats basés sur une analyse photogrammétrique (adapté de Roer et al., 2005).
 

Fig. 2 - Vitesses horizontales moyennes mesurées par GPS sur différents glaciers rocheux des Alpes valaisannes en m/an, et températures moyennes annuelles en °C de l'air (MAAT) et de la surface du sol (MAGST) du glacier rocheux des Becs-de-Bosson (Station de Réchy, VS).

 

 
High Mountain and Periglacial Systems

Société Suisse de Géomorphologie (SSGm) - Fiches pour l'enseignant - Chapitre 3 : Environnements périglaciaires
Last update : 31 août 2009 - Questions ou remarques sur le site ?