top.gif
 

Glaciers et archéologie

Fiche 2.5.2
Untitled Document
 

•  2.5.1. Glaciers et légendes alpines •  2.5.2. Glaciers et archéologie •  2.5.3. Glaciers et économie : l'hydroélectricité •  2.5.4. Glaciers et tourisme : les protagonistes des paysages « alpins » •  2.5.5. Exploitation de la glace des glaciers

 
 

version imprimable [PDF]

La colonisation des grandes vallées alpines comme le Valais s'est faite à partir de la fin de la dernière grande glaciation, il y a environ 10'000 ans. A partir de 15'000 ans avant nos jours, le réseau glaciaire valaisan était déjà largement démantelé, mais la plaine du Rhône n'était probablement pas habitable jusqu'à l'Holocène à cause de l'intensité des phénomènes torrentiels. Les premières traces de civilisation humaine en Valais sont attribuées par les archéologues au Préboréal (abri de Vionnaz, datant d'environ 7'500 à 8'500 av. J.-C) (fig. 1). Les abris de haute altitude, comme l'abri-sous-roche découvert au-dessus de Zermatt à 2600 m d'altitude, ont permis de découvrir que la colonisation de la vallée du Rhône ne s'est pas faite seulement par le bassin lémanique, mais également par les cols. Les plus célèbres sont le col d'Hérens, entre le Val d'Hérens et le Mattertal, le col du Théodule, menant de Zermatt à Cervinia, le Col Collon, permettant de relier le Val d'Hérens au Val d'Aoste, et la Fenêtre-de -Durand, qui reliait le haut Val de Bagnes à la Valpelline (Val d'Aoste). La praticabilité des cols à l'Holocène était liée à l'état de retrait des différents glaciers, qui en déterminaient la praticabilité.

Le mois de septembre 1991 a vu une importante découverte en ce sens : pendant une excursion dans la région du Similaun, au Tyrol du Sud (Italie), deux touristes allemands découvrent le corps momifié d'un homme à moitié emprisonné dans la glace à côté du Hauslebjoch, à une altitude supérieure à 3200 m . On découvrira par la suite que l'homme avait vécu à la fin du Néolithique, pendant l'âge du bronze. Des datations effectuées au carbone 14 par accélération de masse attribuent à la momie un âge de 4546 ± 15 BP (fig. 2), qui s'inscrit dans l'épisode chaud 4, le plus long de l'Holocène (cf. fiche 2.4.5) : à cette époque-là, le col du Hauslebjoch devait donc être praticable.

Une autre découverte importante a été effectuée en Suisse pendant l'automne 2003. Le retrait d'un champ de glace anonyme situé à 2800 m entre le glacier du Wildhorn et le Schnidejoch (col reliant le Valais et l'Oberland bernois) a livré des nombreux objets d'époque préhistorique et protohistorique. Les datations effectuées sur les restes organiques conservés par la glace et la neige ont permis de mettre en évidence les époques dans lesquelles les hommes pouvaient franchir le col : le néolithique et l'âge du bronze (principalement entre le 3 e millénaire avant J.-C. et 1750 avant J.-C.), l'époque romaine (de 15 avant J.-C. à 400 après J.-C.) et le bas Moyen-Âge (principalement entre le XIVe et le XVe siècle).

Ces exemples nous montrent comment l'étude glaciologique des paléogéographies et l'archéologie permettent de mettre en évidence les lieux par lesquels s'est faite la colonisation des vallées alpines.


Fig. 1 - La Pierre du Meurtrier, un bloc éboulé dans le Bois de Finges (VS), constituait un abri-sous-roche qui est en train d'être fouillé par les archéologues, comme le témoigne le chantier.
 


Fig. 2 - Courbe de calibration de la datation effectuée au carbone 14 de la momie retrouvée dans la région du Similaun (Tyrol du Sud, Italie) en septembre 1991.

 

 
High Mountain and Periglacial Systems

Société Suisse de Géomorphologie (SSGm) - Fiches pour l'enseignant - Chapitre 2 : Les glaciers.
Last update : 31 août 2009 - Questions ou remarques sur le site ?